La Trinité dans l’art, un sujet à réinvestir

janvier 10th, 2012 Commentaires fermés sur La Trinité dans l’art, un sujet à réinvestir

François Boespflug, dominicain, historien de l’art et professeur de théologie catholique, a su captiver son auditoire avec les résultats d’une étude de près de 35 ans sur Dieu et le mystère de la Trinité dans l’art occidental.

Grâce à un riche échantillon d’images, François Boespflug a réussi le tour de force de présenter une synthèse de son étude, le temps d’une conférence.
« L’histoire des images de Dieu est un révélateur des représentations collectives de la vie, de la mort, de la beauté, de l’honneur, de la dignité, du divin et de l’humain, du pouvoir et du bonheur ultime… », a-t-il notamment indiqué.

«Aujourd’hui, la question de la représentation du divin chrétien se pose en termes nouveaux»

Si le Christ et la Trinité dans l’art sont presque indissociables, la Trinité dans l’art est moins connue et plus difficile à aborder, d’où l’intérêt de cette conférence. De la colombe au triangle, en passant par les trois mêmes personnages jusqu’à la compassion du Père, les artistes ont réagi différemment selon les périodes. La transmission s’effectue sans difficultés majeures, du temps des apôtres, mais il faudra près de mille ans pour que les choses s’approfondissent et se fixent en Église à propos de la Trinité.
« Si le christianisme est une religion monothéiste, le Dieu chrétien est de trois tenants, trois personnes distinctes en l’unité d’une seule nature, essence ou substance qui sauve, sanctifie et béatifie. Les trois font tout en même temps ».
Il ajoute : « Le mystère de la Trinité est hors de portée de la raison et n’est accessible que par la révélation, notamment dans le Nouveau Testament (prologue de Jean, baptême de Jésus). L’art est une sorte de prolongement de la vision des prophètes », précise-t-il.
Curieusement, La Trinité ne concernait pas les images d’art au départ, au cours des deux premiers siècles de notre ère, parce que cela allait de soi. Les six premiers siècles de l’art chrétien (III e au VI e siècle) voient l’apparition progressive d’images du Christ en tant que Dieu, et de quelques images trinitaires, mais non d’images durables de la Trinité », indique François Boespflug. Les principaux défenseurs de l’image (Damascène, Nicéphore, Théodore) et le décret du concile Nicée I de 787 plaident en faveur de la règle du christomorphisme à savoir : on ne peut représenter Dieu que sous les traits du Christ, le Dieu fait homme « ce qui tend à exclure toute image de la Trinité mais non pas toute image trinitaire », dit-il.
Puis du IX e au XII e siècle se produit un foisonnement d’images oubliant le décret de Nicée II. La liberté reconnue aux artistes permet d’explorer les ressources du visible pour dire l’invisible du XIII e au début du XV e siècle. « La clef de voûte de Dieu, le père en vieillard, non légitime au niveau théologique, a permis à l’imagerie occidentale de la Trinité de s’édifier, mais les principales images qui ont eu cours en Occident ont été produites hors de toute régulation ecclésiale. Les images de la Trinité sont pour la plupart plus ou moins litigieuses et ne font pas même l’unanimité parmi les théologiens catholiques. Le seul texte du magistère romain qui en parle, celui du pape Benoît XIV, est tardif (1745) et évasif ». Au siècle des Lumières, d’autres thèmes prévalent : mythologie, peinture légère…
Dans la seconde moitié du XX e siècle, l’iconographie de Dieu et de la Trinité dans l’art s’effondre « non seulement à cause de la sécularisation de la culture, mais aussi à cause de sa fragilité constitutive ».
Aujourd’hui, la question de la représentation du divin chrétien se pose en termes nouveaux à l’époque de la mondialisation et du web.
« Les images de Dieu sont allées trop loin dans l’anthropomorphisme ». Il s’agit aussi de se réapproprier le dogme de la Trinité. « Les croyants chrétiens ont pour tâche de dire et de peindre la Trinité de façon à ce que ses images ne soient pas ressenties comme des enfantillages, de grossières rechutes ou de simples provocations entre confessions chrétiennes ou monothéismes », conclut-il.

L.L.

Article paru dans les DNA du 9 février 2012.

Tagged ,

Comments are closed.